Hommage | Cérémonie en hommage aux Compagnons de la Libération à Saint-Gildas-de-Rhuys, le 10 novembre 2021

 

Hier, mercredi 10 novembre 2021, Joël Mathurin, préfet du Morbihan, a rendu hommage aux Compagnons de la Libération, titre que le Général de Gaulle a souhaité donner dès 1940 aux 1038 femmes, hommes et collectivités pour les récompenser de tous les risques qu'ils ont pris pour libérer, à ses côtés, la France.

Cet hommage départemental intervient en écho à l'hommage national rendu ce 11 novembre au dernier compagnon de la Libération Hubert Germain, mort en octobre dernier, à 101 ans et dernier Compagnon de la Libération. Il sera inhumé au Mont-Valérien.

A Saint-Gildas-de-Rhuys, sur la stèle de Pierre Messmer, ancien Premier ministre sous Georges Pompidou, le préfet a mis dans la lumière 17 de ces Compagnons de la Libération, nés, morts ou inhumés dans le Morbihan.

De nombreux élus, représentants des services de l'Etat, personnalités et associations patriotiques assistaient également à cet hommage auquel la population était également associée.

Deuxième ordre national français après la Légion d’honneur, l’Ordre de la Libération ne comporte qu’un seul titre, celui de Compagnon de la Libération et un insigne unique, la Croix de la Libération.Pour rappel, 1 038 personnes, cinq communes françaises et dix-huit unités combattantes sont Compagnon de la Libération. Un peu plus de 700 Compagnons ont survécu à la guerre. 270 sont nommés à titre posthume. 50, déjà Compagnons, sont morts au combat ou en service commandé avant la fin de la guerre. Presque les trois-quart des Compagnons de la Libération sont issus des rangs de la France libre et un quart des rangs de la Résistance intérieure.

Les Compagnons de la Libération sont d’origine sociale, religieuse ou politique très variée. On trouve parmi eux des étudiants, des militaires, des ingénieurs, des paysans, des industriels, des hommes de lettres, des diplomates, des ouvriers, des membres du clergé, des tirailleurs africains, des magistrats ou encore des médecins.

Six femmes ont reçu la Croix de la Libération :

- Berty Albrecht, co-fondatrice du mouvement Combat, morte à la prison de Fresnes en 1943

- Laure Diebold, agent de liaison du réseau Mithridate et secrétaire de Jean Moulin, déportée- Marie Hackin, chargée de mission avec son mari, disparue en mer en février 1941

- Marcelle Henry, du réseau d'évasion VIC, morte à son retour de déportation

- Simone Michel-Lévy, de la résistance P.., morte en déportation

- Emilienne Moreau-Evrard, héroïne de la guerre 1914-18, agent du réseau Brutus

Plus de 10% des Compagnons de la Libération n'ont pas 20 ans au moment de la déclaration de guerre de septembre 1939. Parmi ceux qui font le sacrifice de leur vie on peut notamment citer Mathurin Henrio, de Baud dans le Morbihan, abattu par les Allemands en février 1944 alors qu'il n'a pas 15 ans.

Plus d'infos > https://www.ordredelaliberation.fr

2021_10_com...

DSC_2367

DSC_2375-3

DSC_2387

DSC_2402

DSC_2412

DSC_2426

DSC_2493

DSC_2519

DSC_2519

DSC_2526

DSC_2591