L'eau et les milieux aquatiques dans le Morbihan - Documentation

Vigilance Orange Canicule | Recommandations pour se protéger et protéger son entourage -11 août 2022

Compte tenu de la chaleur qui s'intensifie, les services de Météo-France placent le Morbihan en vigilance orange (niveau 3 sur 4) pour canicule à compter de ce jeudi 11 août 2022 à 12h.

> Voir l'article

Cours d'eau, bassins versants et zones humides

 
 

Le Morbihan possède un réseau hydrographique dense qui s’écoule sur le bassin de la Vilaine, celui du Blavet et divers bassins côtiers de taille plus réduite comme l’Ellé, le Scorff et le Loc’h.

Sa valeur écologique tient en particulier aux rivières à saumon et à la présence de la loutre. Il est très sollicité pour l’alimentation en eau potable. Les zones humides sont des secteurs à forte biodiversité, principalement les grands ensembles échelonnés le long du littoral.

Un réseau dense

Le réseau hydrographique du département est dense et il s’organise en bassins versants compartimentés - le bassin versant étant le territoire d’alimentation d’une rivière en un point donné : toute l’eau qui s’écoule converge vers ce même point de rivière.

Au Nord et au Nord-Est, l’Oust recueille les eaux de l’Yvel et du Ninian, de l’Aff, de la Claie et de l’Arz, avant de confluer avec la Vilaine dans les marais de Redon et de se jeter dans l’Atlantique par la retenue d’Arzal.

A l’Ouest, issu des Côtes d’Armor et au sortir de la retenue de Guerlédan, le Blavet reçoit les apports de la Sarre et d’autres rivières granitiques en rive droite, ainsi que ceux de l’Evel en rive gauche. A Lorient, son estuaire conflue avec celui du Scorff. Aux confins du Finistère coule l’Ellé qui alimente, avec l’Isole venue du département voisin, l’estuaire de la Laïta.

De petites rivières côtières sont également présentes : la rivière d’Etel et celle d’Auray, les petits fleuves débouchant dans le golfe du Morbihan, la rivière de Pénerf et la rivière de Saint-Eloi.

Les principaux bassins versants du Morbihan (cliquez sur la carte pour la télécharger avec sa légende)

Vous pouvez consulter la cartographie des cours d'eau du Morbihan à partir de la page suivante :
http://morbihan.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-developpement-durable/Eau-et-milieux-aquatiques/Gestion-des-milieux-aquatiques-et-littoraux/Cartographie-des-cours-d-eau-du-Morbihan

Débits abondants mais étiages parfois sévères

Grâce à des pluies assez abondantes, les cours d’eau du Morbihan présentent le plus souvent des débits annuels fournis.

En revanche, les étiages, c’est-à-dire les plus basses eaux, peuvent devenir extrêmement faibles sur les bassins schisteux.
En effet, en été, les pluies sont plus faibles et la végétation consomme davantage d'eau ; les pluies concourent alors moins à l’écoulement dans les cours d'eau. Les cours d’eau sont alors alimentés par les nappes aquifères (réservoir hydrique), qui sont rares en domaine schisteux.

Par contre, les régions métamorphiques et surtout granitiques du département sont plus ou moins recouvertes par un manteau irrégulier d’arènes sableuses, soutenant les débits d’étiage.

Chaque année cette différence apparaît notamment entre les étiages sévères des affluents de l’Oust à l’Est du département (l’Aff surtout) et les niveaux d'eau plus importants en étiage dans les cours d'eau à l’Ouest comme le Scorff, quelques affluents en rive droite du Blavet, ou l’Ellé.
 
Dans les grands cours d’eau comme l’Oust, la Vilaine et surtout le Blavet, les basses eaux sont soutenues par des barrages d’amont. Ceux-ci apportent aussi une sécurité aux principales prises d’eau potable et industrielle du Morbihan, qui y puisent leur ressource. L’alimentation en eau potable du département est assurée à 85% par des prélèvements dans les cours d’eau, soit au fil de l’eau, soit dans des retenues de stockage.

Cours d'eau à saumon

Les cours d'eau ne sont pas que des écoulements d’eau, mais aussi des milieux de vie. Dans ces écosystèmes habitent notamment des invertébrés aquatiques, très diversifiés dans les cours d'eau bretons, et des poissons. Les équilibres écologiques dépendent de facteurs naturels comme la pente, la température ou le débit. Ils sont influencés aussi par les activités humaines, comme l’implantation d’étangs, les changements dans la végétation des rives, ou encore par la qualité de l’eau qui peut être altérée par les rejets d’eaux usées et d’autres pollutions.

Du point de vue piscicole, les cours d’eau du Morbihan sont classés en première catégorie ("à salmonidés dominants"), à l’exception  des canaux (Vilaine, Oust, Blavet et jonctions) et des grands plans d’eau, qui sont classés en seconde catégorie ("à cyprinidés dominants").

Le saumon et la truite de mer peuvent remonter dans tous les bassins du Morbihan, mais leurs peuplements sont surtout importants dans l’Ellé, le Scorff, le Loc’h et les affluents du Blavet qui appartiennent aux 13 cours d’eau légalement classés à saumon. Le suivi de la richesse piscicole est assuré par l'Office français de la biodiversité en 8 points du département. Une station a été installée dans le cours inférieur du Scorff par l’INRA et la Fédération de pêche pour compter les migrations de saumons et de truites de mer (voir la page Internet de la station ).

Le Scorff, l’Ellé et quelques affluents du Blavet ont été déclarés au réseau européen Natura 2000 principalement pour leur richesse en saumon.

D’autres grands migrateurs remontent également : l’anguille, notamment dans la Vilaine à Arzal ; les aloses, principalement dans l’Oust ; la lamproie marine.

Pour le saumon et l’anguille, des passes ont été réalisés sur les barrages et les ouvrages qui font obstacle aux migrations. Ces efforts devront cependant être poursuivis encore, notamment au niveau de moulins et de divers plans d’eau.

L’intérêt écologique particulier des cours d’eau du Morbihan tient aussi à l’existence de populations de loutre et de vison européen.

Zones humides et biodiversité

Les zones humides, milieux de transition entre la terre et l’eau, constituent un patrimoine naturel de grand intérêt, en raison de leur richesse biologique et des fonctions qu’elles assurent (stockage-restitution et épuration des eaux).

Le Morbihan possède des milieux humides de grande valeur comme les marais de l’Oust et de la Vilaine, et les milieux humides littoraux. Ceux-ci s’échelonnent d’Ouest en Est : étangs littoraux à l’Ouest de Lorient, petite mer de Gâvres, rivière d’Étel, rivière d’Auray et golfe du Morbihan, rivière de Pénerf, étier de Billiers, estuaire de la Vilaine.

Nombre de ces milieux sont classés au titre de Natura 2000, tant pour le peuplement en oiseaux que pour les autres espèces et écosystèmes.

Vous pouvez visualiser les zones humides inventoriées sur le site GéoBretagne .