André Guillo

 
 
André Guillo

Né le 23 janvier 1899 à Ploemel (56), il est admis dans la Gendarmerie le 8 novembre 1923.
Au moment des hostilités, il est adjudant-chef, commandant la brigade de Pontivy.
Dès 1943, il commence le recrutement d'une compagnie de FFI, dont il prend le commandement, et participe à la réception de nombreux parachutages de Londres. Connu sous le pseudonyme « Chim », il héberge à son domicile Jean Cholet, un officier instructeur parachuté de la France Libre avec son berger allemand et fournit de précieux renseignements sur les objectifs militaires et les effectfs ennemis.
Arrêté à Pontivy par la Gestapo le 14 avril 1944, il est torturé mais ne révèle rien à ses tortionnaires. Emprisonné à Rennes, il est condamné à mort le 7 juin 1944 par le tribunal militaire allemand et grâcié le jour même où il devait être exécuté. Il est déporté le 2 août 1944 au camp de Brême-Farge (Allemagne). Il meurt le 15 avril 1945 dans un wagon, épuisé par 4 jours de marche pour regagner le camp de Neuengamme (Allemagne) et par les coups infligés lors du trajet.
Il est décoré de la Médaille commémorative de la Grande Guerre, de la Médaille interalliée dite de la Victoire, de la Croix des services militaires volontaires, de la Croix du combattant volontaire avec barette 1914/1918 et de la Croix de guerre 1939/1945 avec palme. Il a, en outre, été promu chevalier de la Légion d'honneur.