L'eau et les milieux aquatiques dans le Morbihan - Documentation

Observatoire de l'eau du Morbihan

 
 
vf

Afin d’assurer une information publique complète et transparent, le préfet du Morbihan a demandé à la Mission Inter-Services de l’Eau et de la Nature (MISEN Mission inter services de l’eau et de la nature), mission regroupant les services et organismes d’État, de relancer la publication annuelle de l’Observatoire de l’eau du Morbihan.

Depuis 2000, la directive européenne cadre sur l’eau (DCE) impose de parvenir au bon état écologique des masses d’eau. 34 % des masses d’eau cours d’eau du département du Morbihan sont en bon état; l’objectif est d’atteindre 61 % en bon état écologique à l’horizon 2027.

Les paramètres permettant d’évaluer la qualité de l’eau sont désormais bien connus (nitrates, phosphore, oxygène, bactériologie, biologie), comme leurs impacts sur les usages domestiques (alimentation en eau potable, baignade) ou encore professionnels (conchyliculture, pêche).

Le document de l’observatoire de l’eau 2017-2020, d’une soixantaine de pages, présente ainsi :

  • un bilan quantitatif traduisant les effets de la pluviométrie sur l’état de la ressource en eau,
  • une approche qualitative des eaux superficielles et souterraines, tenant compte des objectifs de la DCE et des usages : qualité des eaux brutes destinées à l’eau potable (avant traitement), qualité des eaux distribuées au robinet (après traitement), qualité des zones de baignade et des zones de production conchylicole.

Pour élaborer la brochure de l’observatoire de l’eau du Morbihan, la MISEN a choisi de publier les données portant sur presque quatre années aux profils hydriques différents : 2017 (année très sèche), 2018 (année normale), 2019 (année humide) et 2020 (année d’alternance de saisons humide et sèche).

Les résultats cartographiés sont issus de nombreuses sources d’observation : le réseau départemental(Conseil Départemental), le réseau de suivi des estuaires (DDTM ), le réseau de l’Agence de l’Eau Loire Bretagne, le contrôle sanitaire de l’ARS et les réseaux de l’IFREMER .

Cet observatoire est donc le fruit d’un travail collectif entre les services de l’État, les établissements publics et le conseil départemental du Morbihan. Cette association a permis de dresser un diagnostic synthétique et partagé de la qualité des eaux et de ses usages.

image

Les résultats observés sont bons globalement dans l’ouest/nord-ouest du département mais les efforts devront être confortés pour les masses d’eau situées au centre et à l’est du département qui sont majoritairement dégradées. Pour le paramètre « nitrate » notamment, l’ensemble du département a connu une baisse des concentrations depuis plusieurs années mais reste dans l’état dit « dégradé ».

Si la qualité de l’eau des cours d’eau et des nappes souterraines tend à s’améliorer grâce aux plans d’action déjà mis en place, celle des eaux littorales mérite une attention particulière (algues vertes et bactériologie notamment). Les études de profils de vulnérabilité conchylicole portées par les collectivités compétentes et les investissements entrepris dans le domaine de l’assainissement des eaux usées et des eaux pluviales devraient porter leurs fruits d’ici 2024.

L’observatoire de l’eau est un outil partagé de connaissance, de valorisation et d’aide à la décision qui doit être au fondement de nos réflexions, de nos actions et de nos investissements en matière d’aménagement et de gestion de l’eau. Cet observatoire a vocation à être très largement diffusé : administrations, collectivités, associations de protection de l’environnement, lycées, organisations professionnelles agricoles, chambre d’agriculture, chambre de commerce et d'industrie, syndicats mixtes de bassin versant, ….

Consultez le Rapport de synthèse 2017-2020 de l'Observatoire de l’Eau du Morbihan.