La rage et les chauves-souris

 
 

Les chauve-souris peuvent parfois être porteuses du virus de la rage 

La détection d’un cas positif sur une chauve souris en 2012 dans le département du Morbihan souligne la nécessité de maintenir et de renforcer la surveillance. La découverte d’un cas positif chez une chauve souris entraîne la mise en place d’enquêtes afin d’identifier les éventuels contacts humains ou animaux.

La chauve souris est un animal sauvage et protégé.

Il ne faut pas le manipuler ou chercher à l’attraper.

En cas de doute ou si l’animal ne peut pas voler, il est préférable de contacter un spécialiste des chauves-souris :

Pour obtenir les coordonnées de La Maison de la Chauve-souris, cliquer ici  

 ou un vétérinaire ou la Direction Départementale de la Protection des Populations qui vous indiqueront la conduite à tenir.

Si la manipulation d’un animal blessé ou du cadavre est absolument indispensable,

Il faut impérativement se munir de gants de jardin épais, recouvrir l’animal avec un chiffon ou une boîte en carton avant sa manipulation. La détention de chauve-souris est interdite en France sans autorisation et il faut absolument relâcher un animal s’il peut voler.
Si, l’animal est mort, le cadavre sera adressé, sous couvert de La Maison de la Chauve-souris,  au Laboratoire de l’Institut Pasteur s’il y a eu contamination humaine ou celui de l’ANSES-Nancy dans tous les autres cas.

En cas de morsure, de léchage ou de griffure par une chauve-souris,

Il convient de nettoyer immédiatement la plaie avec du savon et de rincer abondamment avant d’appliquer un désinfectant. Ensuite, la personne ayant eu ce contact avec une chauve-souris prendra rapidement avis auprès d’un centre antirabique ou consultera un médecin.

Pour en savoir plus sur le site du ministère de l'agriculture, cliquer ici