La rage et les carnivores domestiques

 
 

La rage, une maladie toujours d'actualité

Un cas de rage de chien ayant été introduit illégalement de Hongrie, puis ayant séjourné en Algérie et réintroduit illégalement en France a été confirmé dans un département français en mai 2015. La détection d’un cas positif sur une chauve souris en 2012 dans le département du Morbihan soulignent la nécessité de maintenir et de renforcer la surveillance.

La rage est une maladie contagieuse et mortelle transmissible à l’homme.

Si vous êtes mordu(e) ou griffé(e) par un chien ou un chat

Nettoyer immédiatement  votre plaie avec de l’eau et du savon, rincer abondamment et appliquer une solution antiseptique.

Consulter rapidement votre médecin.
 
Même s’il n’est pas suspect de rage, quelque soit sa race , qu’il soit vacciné ou non contre la rage : l’animal doit faire l’objet d’une mise sous surveillance vétérinaire durant les quinze jours qui suivent la morsure ou la griffure (pendant cette période, l’animal doit être présenté trois fois à un vétérinaire sanitaire : le jour de la morsure ou de la griffure, sept jours après, quinze jours après). 

Pendant la durée de la surveillance : toute injection du vaccin contre la rage à l’animal est interdite.

Cette surveillance réalisée aux frais du propriétaire ou du détenteur permet de vérifier l’absence de tout symptôme de rage. Si l’animal meurt ou doit être euthanasié avant la fin de la surveillance pour des raisons impératives de sécurité ou de protection animale, la DDPP est informée par le vétérinaire, la tête de l’animal est prélevée et des analyses sont effectuées. Ainsi, la personne mordue ou griffée peut être assurée qu’elle n’a pas été contaminée par la rage et, selon l’avis de son médecin et du centre antirabique, son traitement peut être allégé en toute sécurité.

Pour connaître les coordonnées de la DDPP du Morbihan cliquer ici

Pendant la durée de cette surveillance, le chien ne peut être euthanasié sans l'autorisation de la  DDPPDirection départementale de la protection des populations et doit être présenté trois fois au même vétérinaire sanitaire. Le vétérinaire informe la DDPPDirection départementale de la protection des populations du résultat de la surveillance.

En cas de non présentation de l’animal à l’une de ces visites, la police peut intervenir auprès du propriétaire qui engage sa responsabilité pénale .

S’il s’agit d’un chien :

La morsure  doit être déclarée à la mairie de la commune de résidence du propriétaire de l’animal,

II doit faire l’objet d’une évaluation comportementale par un vétérinaire évaluateur  durant la période de surveillance vétérinaire, le maire doit s’assurer de la réalisation de cette évaluation comportementale.Télécharger la liste ci dessous :

> tb_liste-veterinaires-evaluateurs_2014 - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,10 Mb

Vigilance et précautions

En voyage, dans des pays où sévit la rage, vous devez prendre certaines précautions.

N’entrez pas en contact avec un chien ou un chat errant. Ils peuvent être porteurs de la rage sans en avoir encore les symptômes. Une griffure, une morsure ou un simple coup de langue sont suffisants pour vous transmettre la maladie. Si cela vous arrive, contactez les autorités sanitaires locales.

Ne ramenez jamais en France ou en Europe un animal qui ne satisfait pas aux exigences sanitaires. Ramener un animal malade peut présenter un danger pour les autres animaux voire pour les membres de votre famille

Pour en savoir plus sur le site du ministère de l'agriculture , cliquer ici