Personnes vulnérables et précaires

 

Personnes vulnérables et précaires

Mobilisation des pouvoirs publics dans le Morbihan

En cette période de crise sanitaire, les services de l’Etat se mobilisent pour mettre à l’abri l’ensemble des plus démunis en renforçant tous les dispositifs d’accueil et d’accompagnement et notamment en mobilisant des places d’hébergement d’urgence supplémentaires. A ce jour ce sont près de 2000 places d’hébergement qui sont installées pour répondre aux besoins du territoire pour différents publics (urgence, insertion, logement intermédiaire, demandeurs d’asile), dont plus de 400 places d’hébergement d’urgence.

En application de l’instruction interministérielle du 3 novembre 2020, plusieurs axes sont déployés :

  • le « desserrement » des dispositifs d’hébergement permettant une prise en charge des personnes dans le respect des consignes sanitaires.
  • Le renforcement de la veille sociale et des capacités d’hébergement à destination des personnes démunies.
  • l’articulation avec les collectivités territoriales pour la mise en place d’actions pour les personnes vulnérables isolées, notamment les personnes âgées de plus 65 ans.

Ainsi, la protection face au Covid-19 fait l’objet d’une attention constante de la part des pouvoirs publics, qui ont d’ores et déjà mis plusieurs mesures en œuvre dans le Morbihan :

Le renforcement des dispositifs d’hébergement

Dans un double contexte période hivernale et de crise sanitaire, la mise à l'abri des personnes est une priorité absolue et la continuité de l'hébergement des personnes actuellement prises en charge sera maintenue. A cet effet, des structures immédiatement mobilisables ont été identifiées par la direction départementale de la Cohésion sociale (DDCS) pour répondre à ce besoin. Les capacités d’hébergement ont été accrues pour permettre au SIAO / 115 de répondre favorablement aux demandes d’hébergement qui lui sont adressées quotidiennement. Les dispositifs d’hébergement d’urgence ont, par ailleurs, été adaptés pour un accueil 24h/24h, les orientations sur des places d’insertion accélérées.

Ainsi, sur Vannes une vingtaine de places supplémentaires sont gérées par l’AMISEP et ouvertes depuis la reprise du confinement.

Sur Lorient, l’Etat financera jusqu’à 50 places supplémentaires pour isolés. Ce dispositif démarrera par l’ouverture le lundi 16 novembre de 15 places dans une aile d’une auberge de jeunesse réquisitionnée par l’Etat. Ce site avait été utilisé lors du premier confinement. Afin d’offrir un accueil sécurisé et adapté aux besoins des personnes sans domicile, l’association gestionnaire assurera sur ce site une présence continue 24h/24. Les autres places seront ouvertes sur le territoire de Lorient en tant que de besoin en mobilisant des places d’hôtel ou d’autres modalités.

.../...

Sur Pontivy, 6 places d’urgence hivernale gérées par l’AMISEP sont financées en complément des 2 places d’urgence à l’année.

Sur Ploërmel, le centre intercommunal d’action sociale et la mairie installent trois mobiles homes indépendants, d’une capacité de 6 à 8 personnes, qui permettront l’accueil de 6 personnes isolées et si besoin l'accueil de couples et de familles au sein du dispositif hivernal.

Enfin, le CCAS d’Auray mobilise un dispositif hivernal renforcé en mettant à disposition 10 places pour les sans abri.

L’objectif est qu’une solution soit proposée à chacun. Ce dispositif pourra être adapté en fonction de l’évolution de la situation et des demandes et sera complété par des mises à l’abri à l’hôtel.

Une cellule territoriale d’appui à l’isolement

En lien étroit avec l’Agence Régionale de Santé, un dispositif d’isolement est proposé aux personnes malades qui ne seraient pas en mesure de s’isoler à leur domicile. Sa gestion est pilotée par la DDCS et a été confiée à l’association Sauvergarde 56.

Cette cellule territoriale d’appui à l’isolement vise à permettre à ces personnes malades de bénéficier d’une prise en charge en isolement jusqu’à guérison, tout en diminuant les risques de contamination d’autrui. Ces personnes sont logées en chambre individuelle et bénéficient d’un suivi de santé par du personnel soignant.

Une stratégie globale de protection des sans abri face à la Covid 19

Une cellule de liaison qui associe la préfecture, la DDCS, l’ARS, les partenaires associatifs et les hôpitaux a été mise en place. Elle permet de suivre l’évolution de la situation des personnes les plus vulnérables, de coordonner la réponse de l’Etat, recenser au quotidien les besoins des associations et les accompagner dans la mise en place des mesures et gestes barrières dans leurs structures respectives. Les maraudes sociales et sanitaires se poursuivent grâce à l’engagement des structures associatives.

Une vigilance et une mobilisation pour garantir l’accès à l’aide alimentaire

Depuis le début de la crise sanitaire en mars dernier, l’Etat, en lien avec les partenaires concernés (collectivités locales, associations..), n’a eu de cesse de se mobiliser pour permettre que les personnes en situation de précarité, qui en ont besoin, continuent à avoir accès aux dispositifs d’aide alimentaire. Aujourd’hui, grâce à une mobilisation collective, les distributions d’aide alimentaire du département sont quasiment toutes en activités avec des modalités adaptées aux règles sanitaires et en privilégiant la distribution de colis alimentaires. Une coordination départementale est assurée par la DDCS avec tous les acteurs afin de rester vigilants et de pouvoir ajuster ou renforcer le dispositif en tant que de besoin.

Une attention particulière portée aux femmes victimes de violences

Une attention toute particulière est portée aux femmes victimes de violences conjugales qui sont particulièrement fragilisées en cette période de confinement : le Centre d'Information sur les Droits des Femmes et des Familles assure une continuité de son activité au service des femmes et des familles du territoire avec des modalités adaptées en raison du confinement ainsi que le lieu d’accueil « Moments pour Elles » sur Vannes. France victime 56, le planning familial 56 et le SIAO demeurent extrêmement mobilisés sur le sujet. Ll’hébergement des femmes victimes de violence constitue une priorité absolue durant la période de confinement. Dans le cadre du Grenelle contre les violences intrafamiliales, le Gouvernement s’est engagé à créer 1000 places pour les femmes victimes de violence ayant besoin d’être mises à l’abri. Concrètement, ce sont 37 nouvelles places ouvertes depuis le mois d’avril sur Vannes, Auray et Lorient, auxquelles vont s’ajouter 21 nouvelles places qui vont progressivement ouvrir sur Vannes, Auray, Ploërmel et Pontivy. C’est un effort sans précédent en la matière.

Maintenir la fluidité et l’accès au logement 

La DDCS veille en étroite collaboration avec les bailleurs sociaux et les agences d’intermédiation locative à ce qu’un haut niveau d’attribution de logements soit maintenu pour les publics prioritaires et ainsi contribuer au mieux à la fluidité de l’hébergement vers les dispositifs de logement pérenne.

Par ailleurs, les services de l’Etat, conjointement avec le conseil départemental et les partenaires de la charte de prévention des expulsions poursuivent leur mobilisation en faveur des personnes menacées d’expulsion.

Plus d’informations sur les mesures mises en place au niveau national sur le site du ministère