Le préfet Louis Lépine, le "préfet inventif"

 
 
Le préfet Louis Lépine, le "préfet inventif"

Concours Lépine, passages piétons, police scientifique... le Préfet Louis Lépine est à l’origine de nombreuses inventions de la police moderne : c’est la raison pour laquelle il est souvent surnommé le « préfet inventif ».

Le préfet Louis Lépine est né à Lyon le 6 août 1846.

Après des études complètes dans sa ville natale, puis à Paris, le jeune étudiant est envoyé deux ans en Allemagne où il suit les cours des Universités d’Heidelberg et de Berlin. Il termine à Paris ses études de droi, lorsque la guerre de 1870 éclate. A la paix, M. Lépine rentre à Lyon et y exerce la profession d’avocat jusqu’en 1877.

Puis il rentre dans l’administration et en gravit rapidement les premiers échelons. Il passe successivement par les sous-préfectures de La Palisse, Montbrison, Langres et Fontainebleau. En 1885, il est Préfet de l’Indre. Le 26 novembre 1886, il est nommé au secrétariat général de la Préfecture de la Loire.

En 1893, Louis Lépine est Préfet de la Seine-et-Oise puis est nommé Préfet de Police en remplacement de M. Lozé, démissionnaire, le 11 juillet 1893. En 1897, il est nommé gouverneur général de l’Algérie. Mais il est rapidement réintégré dans ses fonctions à la demande du ministère qui vient de se constituer.


Le Préfet Louis Lépine est à l’origine de nombreuses inventions de la police moderne : c’est la raison pour laquelle il est souvent surnommé le « préfet inventif ».

Préfet de police de 1893 à 1897 puis de 1899 à 1913, il est notamment à l’origine de la brigade fluviale, ainsi que des brigades cyclistes en 1901 (les fameuses « hirondelles »). Sa première mesure, l’année de sa prise de poste, est de doter la capitale d’un service centralisé des objets trouvés.

C’est aussi lui qui arme, en 1897, les gardiens de la paix d’un bâton blanc et d’un sifflet à roulette. Il fait installer 500 avertisseurs téléphoniques rouges pour alerter les pompiers puis pour alerter police-secours. Il est à l’initiative de la réorganisation et la fluidification de la circulation en instaurant notamment des passages piétons, des sens uniques et des sens giratoires.

Concernant l’organisation de la police elle-même, il encourage le développement de la police scientifique. En 1912, il instaure la Brigade criminelle, sur le modèle des Brigades du Tigre qui opèrent avec succès sur le territoire français. Il crée cette brigade spécialisée, pour endiguer les exactions commises notamment par une bande de malfaiteurs célèbre, dite «Bande à Bonnot ».

Le préfet Louis Lépine est à l’origine du célèbre Concours Lépine, qui récompense chaque année, à la foire de Paris, les meilleures inventions des artisans et des commerçants. A l’origine, ce concours récompensait le gagnant d’un prix de 100 francs. Ce concours était destiné à sortir les petits fabricants parisiens d’une situation économique difficile. Aujourd’hui, tout le monde y a accès et le concours distingue les innovations les plus remarquables. Afin de valoriser le patrimoine de la police française, il crée en 1909 le musée de la préfecture de police ainsi que les archives de la police.

Le préfet Louis Lépine est décédé à Paris le 9 novembre 1933.

En mémoire à l’œuvre qu’il a accompli à la tête de la préfecture de police pendant 18 ans, la trente-deuxième promotion des commissaires de police issue de l’École nationale supérieure de police, entrée en fonction en 1982, porte son nom.

Sources :

https://www.prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/Historique/Les-Hommes2/Les-prefets-de-police/Louis-Lepine

http://www.concours-lepine.com/qui-est-le-concours-lepine/louis-lepine/plus-d-info-sur-louis-lepine/