PORTRAIT // Isabelle Joschke, marin professionnelle et marraine de la campagne EGA SPORT

 
 
PORTRAIT // Isabelle Joschke, marin professionnelle et marraine de la campagne EGA SPORT

Pour redonner à toutes la possibilité de faire du sport et à l'occasion de la journée internationale des droits des femmes, le préfet du Morbihan lance la campagne médiatique "EGA SPORT". Cet évènement parrainé par Isabelle Joschke, femme marin professionnelle et fondatrice de l'association "Horizon Mixité" est destiné à promouvoir et valoriser la pratique sportive féminine dans le Morbihan.

Marie-Claude Venant, déléguée aux droits des femmes et à l'égalité entre les femmes et les hommes, et Pierre-Alexis Ponsot, conseiller d’animation sportive à la DDCS, animent cette campagne du avec les clubs, fédérations, bénévoles... du 8 mars au 15 mai 2018 > Consultez la rubrique dédiée


Isabelle Joschke, marin professionnelle et marraine de la campagne EGA SPORT

Femme marin professionnelle au solide parcours sportif en voile : 2ème de la Transat Québec Saint-Malo 2016, 17ème de la Solitaire du Figaro 2015, 16ème de la Solitaire du Figaro 2014, 7ème de la Lorient Horta Solo 2014, vainqueur de la 3ème  étape de la Cap Istanbul 2008, vainqueur de la 1ère étape de la Transat 6.50 2007, vainqueur du Mini-Pavois et la Pornichet Select 6.50 2007…
En parallèle de sa carrière sportive, elle est aussi la fondatrice de l’association « Horizon Mixité » qui a pour but de promouvoir la mixité dans tous les domaines de la société.

Le portrait en format pdf

> portrait isabelle joschke - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 5,22 Mb

Qu’est ce que Horizon Mixité ?

Horizon Mixité est une association qui a pour but de promouvoir la mixité entre les hommes et les femmes aussi bien dans la voile, dans le sport, que partout ailleurs dans la société. Notre souhait est de participer au changement des mentalités dans ce domaine. Ainsi, nous nous proposons d’intervenir auprès des jeunes et du grand public pour rappeler qu’il n’y a pas de métier masculin ou féminin, et que les femmes ont toutes leurs chances dans tous les domaines. La course au large en est un bon exemple parce qu’elle représente un sport mixte (il n’y a pas de classement féminin), et que, bien qu’il soit très physique, les femmes y réussissent aussi bien que les hommes.
Horizon Mixité a également été le premier relais français de la campagne mondiale « HeForShe » lancée en 2014 par l’ONU en faveur de l’égalité des sexes.

Quel regard portez vous sur l’égalité entre les femmes et les hommes dans la compétition de haut niveau et la course au large ?

Ce que nous pouvons constater, c’est que les jeunes filles et les femmes investissent beaucoup moins le domaine de la compétition que les hommes. Et cela démarre très tôt, parce qu’on ne développe pas autant l’esprit de compétition chez les filles que chez les garçons. Bien entendu, cette situation se reflète dans le haut niveau.

Mais il y a, de mon point de vue, également d’autres facteurs limitants. Dans la course au large, par exemple, il y a en moyenne 5 à 8 % de participation féminine. Depuis 13 ans que je pratique ce métier, les chiffres n’ont pas évolué. Au début, cela m’a étonné, parce que je croyais que nous vivions une période de changement dans ce domaine. Mais après avoir observé la société dans son fonctionnement, je suis moins surprise : la course au large se pratique en moyenne vers les 30-40 ans, et c’est un âge où les familles se constituent, et où, en général, les femmes se mettent en retrait de leur vie professionnelle, ce qui n’est pas le cas pour les hommes.
Je pense que nous avons encore du chemin à parcourir pour permettre une véritable égalité dans notre sport…

Quelles solutions pour changer durablement les choses ?

Tout d’abord, il faut promouvoir et médiatiser le sport féminin. Sans oublier, bien sûr, la compétition, tout en s’affranchissant de nos vieux clichés. C’est pourquoi je suis ravie d’être la marraine de la campagne médiatique EGA SPORT, qui a justement pour objectif de promouvoir et valoriser la pratique sportive féminine dans le Morbihan.
Je pense ensuite qu’on ne pourra pas se passer de mesures incitatives pour initier le changement. Dans la course au large, nous en avons un bel exemple avec l’édition en cours de la célèbre course autour du monde « Volvo Ocean Race », où la règle permet aux équipages mixtes de naviguer avec un nombre d’équipiers supérieurs à celui des équipages exclusivement masculins. Il n’y a donc aucun avantage à naviguer entre hommes, ce qui était monnaie courante par le passé. Cette mesure a permis aux navigatrices embarquées de montrer leurs compétences  auprès de leurs skippers et coéquipiers masculins. Certains ont, grâce à cela, ouvertement changé de point de vue et de discours sur la question.
Enfin, je pense qu’un changement durable se fera si et seulement si notre société change dans son ensemble. Ainsi, je crois que le sport peut et doit initier une transformation à grande échelle, mais qu’en même temps, il en sera tributaire pour que celle-ci devienne durable.