Théophile Guillo

 
 
Théophile Guillo

Né le 21 janvier 1896 à Ploërmel (56), il s'engage dans l'armée à 18 ans.
Au cours de la Première Guerre mondiale, il s'illustre particulièrement et est blessé à deux reprises. Il entre dans la Gendarmerie le 24 mars 1920. Commandant de brigade le 10 mars 1925, il est promu maréchal des logis-chef le 1er février 1927, puis adjudant le 10 octobre 1933. Il est nommé sous-lieutenant le 25 juin 1937 et prend le commandement de la section de Ploërmel avec le grade de lieutenant.
Réfractaire à toute collaboration avec l'ennemi, il s'engage dans la lutte contre l'Occupant dès la signature de l'Armistice. Son action vise à assurer la protection de la population livrée aux excès des soldats allemands, aider les réfractaires au STO et secourir les aviateurs alliés dont les appareils ont été abattus. Il est également chargé de recueillir et d'exploiter le renseignement, de veiller au recrutement, à l'équipement et à l'instruction des maquis.
À la fin de 1942, il participe à la mission « Cockle » qui a pour objet d'organiser la réception des parachutages d'armes destinées à équiper les maquis.
Il fait entrer son commandant, le chef d'escadron Guillaudot dans le réseau. Lorsque celui-ci fonde le réseau « Action », il entre dans son état-major et est chargé chargé d'organiser les liaisons radio avec Londres pour le réseau. Après l'arrestation de Maurice Guillaudot, il devient le chef d'état-major de l'ASM, commandée par Paul Chenailler. Promu capitaine par la France Libre, Théophile Guillo alias « Chuais », organise activement la résistance armée.
Il est arrêté le 28 mars 1944 à Ploërmel par la Gestapo. Torturé, il ne livre aucun secret et est déporté au camp de Neuengamme (Allemagne). Rentré de déportation le 22 mai 1945, il reçoit à Vannes le 22 juillet 1945 la croix de chevalier de la Légion d'honneur des mains du général de Gaulle. Il est promu capitaine en 1952.
Chevalier de la Légion d'honneur, Théophile Guillo est aussi titulaire de la Croix de guerre 1914/1918 avec palme, de la Croix de guerre 1939/1945 avec palme ainsi que de la Médaille de la Résistance.
La caserne de gendarmerie de Ploërmel ainsi que celle de l'escadron de gendarmerie mobile de Vannes portent le nom du Capitaine Guillo. La salle de traditions de la caserne de gendarmerie de Vannes porte les noms des capitaines Guillo et Louarn.