L'actualité de la sécurité routière dans le Morbihan

80 km/h : la mesure entre en vigueur le 1er juillet

 
 
80 km/h : la mesure entre en vigueur le 1er juillet

Le décret n°2018-487 abaissant la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h sur les routes à double-sens sans séparateur central a été publié au JORF du 17 juin 2018.

Cette mesure entrera en vigueur à compter du 1er juillet 2018 et fera l'objet d'un suivi très précis. Elle s’appliquera sur l’ensemble des routes du territoire national, à l’exception de quelques routes du réseau secondaire bien identifiées car leur configuration permet de procéder à des dépassements sécurisés.

Cet abaissement de la vitesse sur les routes secondaires est une mesure de sécurité routière décidée par le Comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier 2018. Cette mesure de rupture a été prise après deux années de hausse de la mortalité routière suivies de deux autres années de stagnation.
L’enjeu est de préserver des vies humaines et d’éviter de nombreux drames. Selon les plus grands experts en accidentologie, cette mesure pourrait permettre de sauver chaque année plus de 300 vies, alors que les voies concernées concentrent 55% de la mortalité routière.

Sur l’ensemble du territoire national, la mise en œuvre de cette mesure se traduira par :

  • un changement de 11 000 panneaux de signalisation (environ 100 panneaux par département, dont 80 % de panneaux de limitation à 90 km/h) dont le coût est intégralement pris en charge par l’Etat ;
  • le maintien de la vitesse à 90km/h sur environ 2 100 km de voies où les dépassements sont sécurisés.

En outre, dès le 1er juillet 2018, tous les radars situés sur les routes concernées par le changement de vitesse seront paramétrés à la nouvelle vitesse limite autorisée.  Aucun nouveau radar n’accompagnera la mise en oeuvre de la mesure.

À noter : Certaines routes du réseau secondaire ne sont pas concernées par cette nouvelle disposition, car leur configuration permet de procéder à des dépassements sécurisés. Il s’agit :

  • de celles dotées d’un séparateur central ;
  • des tronçons de route comportant au moins deux voies affectées à un même sens de circulation (deux fois deux voies et trois voies), et uniquement dans ce sens de circulation. Attention, si la voie opposée à cette double voie est unique, celle-ci aura, selon la nouvelle règle commune, une vitesse limitée à 80 km/h.

Afin d’accompagner cette échéance, les forces de l’ordre adoptent depuis le 1er juin une posture préventive, se traduisant notamment par :

  • un accroissement de la visibilité des patrouilles sur le réseau bidirectionnel sans séparateur central le plus accidentogène ;
  • la multiplication des messages sur les réseaux sociaux des groupements de gendarmerie départementale et des directions départementales de la sécurité publique ;
  • la distribution de flyers pédagogiques, imprimés à 1 million d’exemplaires, sur les points de contacts à forte affluence (barrières de péage, zones de contrôles,…).

En liaison avec les Parquets, les forces de l’ordre multiplieront les opérations de contrôle avec alternatives aux poursuites à compter du 1er juillet 2018. Ces opérations permettront aux contrevenants de ne pas être verbalisés sous réserve de participer dans la foulée à un atelier sur le 80 km/h proposé par la prévention routière.
 
L’impact de l’abaissement de la vitesse sur les vitesses moyennes pratiquées et sur l’accidentalité fera l’objet d’un suivi très précis à compter du 1er juillet.

A compter du 24 juin 2018, une nouvelle campagne de presse sur cette mesure et intitulée "13 mètres" sera diffusée.

D’autres mesures annoncées lors du comité interministériel de la sécurité routière seront mises en œuvre au cours de l’été, parmi lesquelles :

  • la mesure instaurant la vidéo-verbalisation des infractions liées au non-respect des règles de priorité de passage accordées par le code de la route aux piétons ;
  • la mesure alternative à la suspension du permis de conduire suite à un contrôle d’alcoolémie positif, proposant d’équiper le véhicule d’un éthylotest anti-démarrage (EAD).

Selon la volonté du Gouvernement exprimée lors du Comité interministériel de la sécurité routière du 9 janvier dernier, l’éventuel surplus des amendes perçues par l’État liées à l’abaissement de la vitesse à 80 km/h, sera affecté à un fonds d’investissement pour la modernisation des structures sanitaires et médico-sociales spécialisées dans la prise en charge des accidentés de la route.

> Le communiqué de presse - format : PDF sauvegarder le fichiersauvegarder le fichier - 0,14 Mb

Mieux comprendre l'abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes à double-sens sans séparateur central

La mesure numéro 5 du Comité interministériel de la sécurité routière (CISR) du 9 janvier entre en vigueur le dimanche 1er juillet 2018. En abaissant la vitesse de 90 à 80 km/h sur les routes secondaires, le Gouvernement entend sauver entre 300 et 400 vies par an et réduire le nombre de personnes blessées, qui était de 73 384 en 2017 (dont 24 732 ont dû être hospitalisées).
C’est mathématique : agir sur la vitesse permet de diminuer le nombre des accidents de la route et leur gravité. Rune Elvik a étudié 500 programmes de diminution de vitesse dans le monde. Le chercheur norvégien confirme l’estimation française de vies épargnées par cette mesure de rupture dans une interview exclusive. 

Plus d'informations sur l'abaissement de la vitesse de 90 km/h à 80 km/h

distance de freinage plus courte de 13m à 80km/heure